Une journée à la mer

*

Jeanne est assise en terrasse, face à la mer. Au loin baignent quelques voiles. L’heure est avancée mais le soleil chauffe encore son sang, ses muscles, ses os. Elle se dit que l’été est une bonne saison.

Le garçon arrive avec la commande : un verre d’eau pétillante. Les bulles collent en nombre au palais de Jeanne et l’emportent au-delà de ses yeux mi-clos.

Le taxi arrive, elle règle sa consommation. Elle s’installe sur le textile des sièges. Le paysage défile, inodore et muet sous l’effet de la climatisation de bord.

Après quelques kilomètres, le véhicule s’arrête. Face à Jeanne, la porte de la prison pour femmes la scrute de ses huis géants. Jeanne et la porte se reconnaissent. Jeanne sonne et le bruit des charnières résonne en elle. Elles vibreront longtemps.

Jeanne entre, le fonctionnaire de service la salue vaguement.

Elle se dit qu’elle aime ces journées de liberté provisoire. Aujourd’hui elle a rencontré une dame sur la promenade. Elles ont parlé, longtemps, de tout, de rien. Jeanne a rêvé, le temps de la conversation, que cette femme était sa mère.

La semaine prochaine, si le temps le permet, elles se baigneront.

*

© JPT
Extrait de l’ouvrage « Traces » (2018)
de Jean-Pierre Tondini
https://www.edilivre.com/traces-27d22ffdef.html/